Je ne vous ai pas parlé des progrès d'Antoine depuis mes derniers écrits, que je viens de relire. 

Finalement, la classe de Seconde s'est moyennement bien passée. J'étais à l'époque enthousiaste à propos du recrutement d'une AVS qui était diplômée des Sciences du Langage. Et bien, nous avons vite déchanté. Cette jeune femme était très sûre d'elle, n'a jamais compris le handicap d'Antoine et était insolente avec moi (oui, vous avez bien lu...). De plus, elle est parvenue à nous dénigrer auprès de l'administation du lycée, nous faisant passer pour des parents impolis. Heureusement qu'Antoine n'avait finalement plus besoin d'aide car elle ne lui était que de peu d'utilité. Aux réunions d'équipe éducative, elle était la seule à être négative. En classe, elle était très désagréable avec les autres élèves, qui ne l'appréciaient pas du tout. C'est clair qu'elle n'avait pas compris son rôle. Le pire, comme souvent avec ce type de personnes (il y en a eu d'autres avant), c'est qu'elle s'attribuait les réussites d'Antoine. Je n'ose même pas imaginer si c'était elle qui l'avait accompagné quand il était plus petit ! En 1re, dégoûtés et estimant qu'Antoine pouvait désormais s'en passer, nous avons choisi de ne pas faire de demande d'accompagnement humain, ce qui lui a d'ailleurs été bénéfique au niveau de l'autonomie et des relations avec les autres. A part ça, les enseignants étaient plutôt bienveillants, même s'ils n'ont pas toujours compris certains comportements, que je m'empressais de leur expliquer, mais ceci a été rare (2 fois dans l'année seulement). Si l'on compare à mes écrits des années précédentes, on mesure le chemin parcouru.

En fin de Seconde, nous avons réfléchi à son orientation et nous avons finalement choisi, avec lui bien sûr, qu'il change de lycée pour aller dans une section technologique, en STI2D. S aurait été possible, mais ses résultats en maths étaient tout de même justes et cela lui aurait généré trop de stress et demandé trop d'efforts, avec une réussite pas forcément garantie. Aussi STI2D était plus raisonnable. Et nous avons bien fait ! Si je peux recommander un cursus pour nos enfants de bon niveau, c'est bien celui-là ! On dirait qu'il a été conçu pour eux. Maths et Physique-chimie sont importants (le niveau est un peu en dessous de celui des S je pense, mais qd même d'un très bon niveau), mais surtout, la grande différence, c'est que ces matières sont abordées d'une manière concrète, c'est-à-dire que leur application a lieu dans d'autres cours, avec des travaux pratiques. D'ailleurs, au Bac, un projet était présenté, du style "Comment rendre un vélo électrique". Le projet d'Antoine était sur l'équilibrage des roues d'une voiture (il a eu 18).

L'avantage de ce changement de lycée et de ce cursus, c'est que le public était très différent, beaucoup moins élitiste et surtout avec des élèves partageant le même intérêt qu'Antoine : l'informatique et les jeux vidéos en ligne ! C'est pendant son année de 1re qu'il a enfin pu se faire des amis "en vrai", qu'il retrouvait en ligne ensuite, et qu'il a pu progresser en communication. Un vrai bonheur ! Cette année-là, il a développé ses aptitudes de communication car il a pu dépasser sa principale crainte, dont il m'avait fait part : il n'osait pas parler aux autres de peur de se faire rejeter. Depuis, il est capable de converser avec les autres sur tout et n'importe quoi, même si son humour est un peu spécial quand même (un peu lourd). Les jeux en ligne lui ont permis de progresser en anglais. Je peux même dire qu'il parle couremment l'anglais. A travers la porte de sa chambre, je l'entends passer d'une langue à l'autre comme si c'était la même. Il a d'ailleurs eu 19 et 20 en anglais au Bac.

Au niveau comportemental, il n'y a eu qu'un seul incident dans l'année, après une journée fatiguante et avec un enseignant dont l'humour ne passait pas auprès d'Antoine, que ça stressait. Je l'ai donc rencontré pour éclaicir la situation et j'ai pu rassurer Antoine sur le fait que ce professeur serait vigilant désormais sur sa façon de s'adresser aux élèves. Antoine le prenait mal pour lui-même mais aussi pour les autres, car il supportait difficilement les remontrances/boutades du prof qui, il faut reconnaître étaient parfois d'un goût douteux. L'adaptation et la réassurance ont donc dû se faire des 2 côtés : celui du prof (qui craignait les réactions d'Antoine) et celui d'Antoine pour qu'il comprenne que cet enseignant était finalement bienveillant. Cela a bien fonctionné. Cet enseignant a souhaité garder Antoine l'année suivante et est devenu son prof principal en Terminale.

En Terminale, pas grand chose à signaler : un professeur à rencontrer tout de même (1 fois dans l'année, on reste dans la moyenne), à cause d'un quiproquo dû aux difficultés de compréhension de certaines situations sociales d'Antoine. Comme quoi son handicap est certes devenu invisible pour qui ne connaît pas, mais est tout de même bien présent. Sinon, il a gardé les mêmes copains, avec qui il a organisé des soirées à la maison (soirées geek évidemment) ou des sorties à l'extérieur (dans un café geek). 

Vous avez noté que l'intérêt restreint d'Antoine est tout de même bien restreint (comme chez tout Aspie qui se respecte), mais il a eu l'avantage de beaucoup l'aider et s'appuyer sur cet intérêt lui a été très bénéfique. Cependant, car il y a un côté négatif, tout ne pas pas toujours être beau dans le meilleur des mondes, il y a une contrepartie. Je pense que l'on peut parler d'addiction, même si lui s'en défend, mais surtout, quand on est assis longtemps devant un ordinateur, on ne bouge pas beaucoup et... on grossit. Antoine est proche de l'obésité et c'est notre souci du moment. Depuis petit, il a toujours fait du sport, mais actuellement sa motivation n'est pas assez forte pour qu'il le pratique longtemps. Ainsi, l'an dernier, nous l'avons inscrit en salle. Il a tenu le coup plusieurs mois. Cette année, il a essayé le badminton mais s'en est très vite lassé. Il faut dire qu'il a un TAC (Trouble de l'Acquisition de la Coordination, voisin de la dyspraxie, terme plus connu), ce qui ne lui facilite pas les choses car il fatigue beaucoup plus vite que les autres. Nous avons donc opté pour une autre solution, c'est que quelqu'un vienne à domicile pour lui faire faire du sport. Ainsi, il ne pourra pas se dérober puisque la personne sera là. Nous sommes donc passés par une association qui cherche actuellement à recruter un animateur sportif formé à son handicap. Antoine est partant car il voudrait maigrir mais n'y parvient pas suffisamment en simplement mangeant moins. Donc, on croise les doigts pour que cela se mette en place le plus tôt possible.

Voilà donc où nous en sommes. Nous allons aborder sereinement le cursus de l'IUT. Il semble que l'établissement ait l'habitude des Aspies (pas étonnant, beaucoup sont intéressés par l'informatique) et il existe sur place une association d'aide aux élèves avec handicape qui les épaule pour trouver leurs stages et plus tard du travail. Je pense donc qu'on peut être optimistes pour la suite.

Je ne vous avais pas donné de nouvelles depuis longtemps. J'espère que ces 2 derniers billets auront répondu à toutes vos interrogations.

A bientôt, peut-être !