Comme chaque année, je viens vous donner quelques nouvelles. La scolarisation d'Antoine en 4e s'est très bien passée. Pas trop de soucis de comportements, de bonnes notes, une équipe éducative toujours très à l'écoute et sachant s'adapter en cas de problèmes, qui sont de plus en plus rares. Vraiment, nous avons de la chance et je dois dire que ces 3 dernières années de collège ont été reposantes pour nous. Encore une puis ça sera le lycée. Profitons donc encore bien de cette année qui sera courte au niveau relâchement car je compte anticiper assez tôt la transition.

Par ailleurs, cette année, en 3e, il y a le stage. Je commence à y réfléchir très sérieusement et quelques contacts ont été pris. Dernièrement, Antoine nous a fait part, d'un air très sérieux et officiel, de son désir de faire des études supérieures (c'est bien, mon chéri, fais donc...). Il prévoit d'être ingénieur (comme papa) et s'intéresse fortement à l'électricité. Et bien, s'il réussit, je serai la plus heureuse des mamans ! En attendant, remettons un peu les pieds sur terre... Nous allons essayer de trouver un stage dans ce domaine bien sûr. Sinon, nous avons une solution de secours : l'ancien AVS d'Antoine est directeur du centre de loisirs et se fera une joie de l'accueillir comme stagiaire, avec l'aval de la Mairie, qui ne devrait pas faire de difficultés. Affaire à suivre donc...

Nous avons toujours le problème des devoirs. Comme les ados ordinaires, Antoine a bien autre chose à faire. Par conséquent, ses notes ont un peu baissé. Nous sommes donc pris entre 2 alternatives : l'aider à supporter d'avoir de mauvaises notes pour réduire son anxiété de performance et les problèmes de comportement qui y sont liés, ou bien utiliser cette anxiété pour le motiver à travailler plus à la maison afin qu'il réussisse son projet professionnel. Difficile de faire un choix, n'est-ce pas ? Jusqu'à présent, nous avons opté pour un juste milieu, c'est-à-dire que nous essayons de jongler entre les 2 choix : limiter les comportements gênants et le motiver quand même, en lui faisant comprendre que pas de travail = mauvaise note et que travail = bonne note mais pas indispensable tous les jours. Bref, comme vous l'avez compris, pas simple... et pas toujours efficace pour la mise au travail. Pour cette année qui commence, je compte donc utiliser son choix de poursuivre des études comme motivation. Et il m'a promis que cette année, il s'y mettrait. A voir donc...

Au niveau matériel, nous continuons comme les années précédentes : ordinateur, casque anti-bruit (qu'il a beaucoup moins utilisé cette année, le bruit le dérangeant moins). Il est prévu qu'il garde la même AVS, qui a confirmé sa gentillesse et sa compréhension des difficultés d'Antoine.

Au niveau relations avec ses pairs, Antoine est toujours très désireux d'avoir des copains mais a toujours du mal à se lancer à participer aux conversations à la récréation, même si c'est en progrès. Ce qui le freine, c'est la peur de passer pour un relou (traduire "lourd" en langage ado, langage qu'il a parfaitement adopté - merci grande soeur !). Il a donc trouvé un autre moyen de se faire des copains : les jeux vidéos en ligne. Je vois d'ici certains regards désaprobateurs. OK, je n'aime pas ça moi non plus, mais au moins, cela lui permet de converser avec des ados de son âge sur ses intérêts (les jeux vidéos en font partie). Et converser via internet est bien plus facile pour un TED qu'en chair et en os : pas de langage non verbal à décrypter ! Pour essayer tout de même qu'il s'entraîne "en vrai", nous l'avons inscrit cet été à une colo "à thèmes". Il est donc parti 10 jours pour la 1re fois en colo qui s'appelait, devinez... : video game academy. Et là, que des garçons bien sûr, dans sa tranche d'âge, ayant la même passion ! Et bien, il s'est éclaté ! Au programme, ordinateur 2h/jour puis diverses activités : piscine, bowling, jeux de ballons, etc., 5 par chambre, le bonheur ! De plus, il a gagné en autonomie et a même goûté de nouveaux aliments. Il a pu élargir un petit peu (tout petit peu) ses goûts alimentaires. Les nouveautés : omelettes, semoule. Oui, je sais, c'est peu, mais c'est déjà bien. Il m'a dit avoir goûté fruits et légumes, mais rien à faire, ça ne passe toujours pas. Au moins, il essaie et c'est déjà beaucoup. Nous aurions pu l'envoyer en colo plus tôt, mais cela aurait été plus difficile au niveau comportement car, si vous avez lu mes autres posts, vous savez qu'une des grosses difficultés d'Antoine est d'accepter de perdre. Et bien, nous pouvons en parler au passé, c'est devenu maintenant tout à fait acceptable, dans le cadre de copains avec qui il passe son temps à rigoler. Ouf et re-ouf !

Comme vous le voyez, tout se passe au mieux... pour le moment.

Je souhaite à tous vos enfants une année scolaire dans d'aussi bonnes conditions et pense bien à ceux qui sont malheureusement en difficulté, le plus souvent pour seulement un manque de bonne volonté de la part de l'environnement.