Il est grand temps que je vous donne des nouvelles de cette rentrée en 5e.

Nous avions prévu un(e) AVS privé(e), supervisée par un cabinet de psychologie ayant une convention avec l'EN, comme l'an dernier. Et bien, nous n'en avons pas trouvé ! D'un côté, c'est une bonne nouvelle, cela veut dire qu'il y a de plus en plus d'enfants TED scolarisés. De l'autre, cela confirme que l'accompagnement proposé par l'EN n'est pas adapté et incomplet la plupart du temps, et que les parents se rabattent sur des AVS privés, payés par leurs propres deniers. Même si la MDPH participe aux dépenses, ce n'est généralement pas suffisant.

Nous avons donc appelé au secours notre excellente enseignante référante, que nous connaissons depuis plusieurs années (pourvu qu'elle reste encore longtemps sur notre secteur !).

Pendant ce temps (environ 3 semaines), Antoine a fait sa rentrée tout seul, comme un grand. Comme l'an dernier, nous avons fait une petite réunion le jour de la pré-rentrée pour informer les nouveaux professeurs de ses particularités. Peu de nouveaux, car ceux de l'an dernier ont rempilé, ce qui est une très bonne chose, ces profs étant excellents. C'était assez amusant de voir que les nouveaux étaient anxieux et que les anciens, complètement confiants, rassuraient les nouveaux. Sachant qu'Antoine ne serait pas accompagné, j'ai souhaité anticiper au maximum et ai demandé à avoir la liste des élèves de sa classe ainsi que son emploi du temps. Ainsi, pas de surprise le jour J.

Antoine a donc fait cette rentrée seul... et quasiment sans problèmes ! Il en est très fier et nous, comment dire... et bien c'est le bonheur tout simplement. Antoine a pris confiance en lui, il arrive de mieux en mieux à se contrôler. Même ses camarades qui le connaissent depuis la PS de maternelle sont épatés de ses réactions. L'une d'elle raconte que certains enfants lui ont mal parlé en classe et se sont moqués de lui mais qu'il ne s'est pas mis en colère. Il s'est un peu énervé mais pas trop, ce qui aurait été impensable il y a seulement 2 ans. Elle-même nous en a fait la remarque ! C'est le résultat de beaucoup d'années à travailler le contrôle de soi et les habiletés sociales, mais je crois aussi que notre garçon a grandi, qu'il est plus mature et est également plus motivé, soucieux de mieux paraître aux yeux des autres et très demandeur de copains.

Et l'AVS me direz-vous ? Et bien, finalement, notre enseignante réf. préférée nous en a proposé une le jour-même où le cabinet de psycho nous trouvait un AVS privé. Du coup, nous avons eu le choix et, la rentrée s'étant vraiment bien passée, sans accompagnement, nous avons opté pour celle de l'EN. Antoine n'est donc accompagné que 10h par semaine, ce qui semble bien lui convenir car il souhaite l'être de moins en moins. C'est dire à quel point il a pris de l'assurance ! A moins que ça ne soit l'adolescence qui pointe son nez...

Contrairement à ce qui se fait habituellement, nous avons eu les coordonnées de l'AVS (merci à notre ens. réf.), Nathalie, qui nous a donc rendu visite à la maison. J'en ai profité pour lui donner le même document qu'aux enseignants sur les particularités d'Antoine, et lui prêter un des cahiers de liaison de l'an dernier. Nous en avions rempli 3 ! Ainsi, elle a pu se faire une bonne idée des besoins d'Antoine et je crois qu'elle a très bien compris car nous avons commencé un nouveau cahier et ses remarques sont très pertinentes.

Cette année s'annonce donc très bonne. Quelques petits hics tout de même, très révélateurs. 2 professeurs ont été nommés à la dernière minute et n'étaient pas à notre réunion. Le collège n'a pas pensé à les informer du handicap d'Antoine, ce que je peux comprendre dans le stress de la rentrée. Mais ça n'a pas manqué : la prof de latin s'est étonnée de voir Antoine sortir un ordinateur de son sac (elle a pris ça pour de la provocation, bof, bof...) et la prof de physique l'a fait s'asseoir à côté d'élèves qui ne le connaissent pas et qui sont turbulents et insolents. On va remédier très vite à tout ça et faire venir très vite la psychologue dans la classe pour qu'elle fasse une petite explication du handicap d'Antoine à ces élèves.

Nous sommes donc contents, mais vigilants et prêts à intervenir dès que besoin.

Je souhaite à tous les enfants TED, et avec autres handicaps d'ailleurs, d'obtenir également de bonnes conditions de scolarisation, car je sais que ça n'est pas le cas partout, alors que ça pourrait être si simple, avec un peu de bonne volonté et d'ouverture d'esprit. L'investissement financier n'est pas si énorme, en tout cas bien moins important que celui d'un établissement spécialisé !