Comme me l'a demandé un papa de Martinique, voici quelques informations supplémentaires à propos des difficultés sensorielles.

Avant de lire la suite, il vaut mieux d'abord se reporter au 1er article sur ces difficultés et également celui sur les stéréotypies (janvier 2009 dans les archives), car ici je vais aborder uniquement les moyens pratiques pour y répondre.

Les stratégies sont les suivantes :

  • Adapter l'environnement : il s'agit d'atténuer la stimulation sensorielle en cas d'hypersensibilité ou au contraire de l'accentuer en cas d'hyposensibilité

    Quelques exemples, qui sont à mettre en place en fonction des réactions observées :

    - au niveau visuel : pour une hypersensibilité, atténuer l'éclairage d'une pièce, porter des lunettes de soleil, diminuer le champ de vision à l'aide d'une casquette à visière, atténuer le nombre d'informations visuelles sur une page à l'aide d'un cache, atténuer l'intensité d'une page blanche en la glissant dans une pochette transparente de couleur, donner comme support un papier de couleur au lieu d'une page blanche, ne pas encombrer la table de travail d'objets inutiles ;
    pour une hyposensibilité : incliner la table de travail ou la surface de lecture, surligner les informations importantes, bien espacer les textes et les consignes pour les mettre en valeur, utiliser des supports visuels pour l'organisation ;

    - au niveau auditif (hypersensibilité) : prévoir des tapis sous les tables et les chaises, prévoir un casque ou des bouchons d'oreille ; il existe des casques qui filtrent les sons ambiants tout en laissant percevoir la voix, comme celui-ci : http://www.bosefrance.fr/FR/fr/home-entertainment/personal-audio/headphones/acoustic-noise-cancelling-headphones/index.jsp, très efficace, mais très cher... ; moins efficace, mais peut suffire : un simple casque de chantier ;
    pour les bouchons d'oreilles, il y a ceci, prévu au départ pour les musiciens, qui est tout de même plus abordable : http://www.irma.asso.fr/Pianissimo-S20 ; certains, plus onéreux, peuvent être fabriqués sur mesure ;
    l'utilisation de ce matériel doit être limitée pour ne pas créer de dépendance ; le mieux est de ne l'utiliser que ponctuellement, dans certaines circonstances comme dans les lieux publics bruyants, à l'école pendant une évaluation par ex.

    - au niveau du toucher (hypersensibilité) : éviter certaines textures de vêtements, voire doubler les vêtements d'une texture acceptable, enlever les étiquettes, éviter de toucher la personne en la frôlant (il vaut mieux un toucher bien franc), choisir un stylo ou un crayon adapté à la sensibilité ;

  • Stimuler et désensibiliser

    La stimulation concerne les personnes hyposensibles, la désensibilisation les personnes hypersensibles. On va donc stimuler pour répondre à un besoin d'augmenter une sensibilité déficiente, mais on va aussi stimuler, d'une manière la plus légère possible en augmentant petit à petit, afin que la sensation puisse se réguler progressivement. Dans les deux cas, il ne faut pas compter résoudre complètement la difficulté, mais seulement la réduire. Il faut également se souvenir que ces difficultés peuvent être fluctuantes et qu'il faut observer continuellement les comportements de la personne pour s'adapter à ses besoins.

    C'est donc le même matériel qui va être utilisé, la différence étant l'intensité et la durée de son utilisation.

    Voici donc quelques exemples :

    - Stimulations visuelles : tout objet brillant, à reflets ou avec des petites lumières, kaléidoscope, supports rayés, gros ressorts souples
    - Stimulations tactiles : balles de textures différentes, peinture à doigt, pâte à modeler, bacs de farine, sable, eau, lentilles pour manipulations, massages ; pour la sphère bucale : chewy tubes, objets à mordiller, massages de la langue avec une brosse à dent, faire des bulles, souffler dans une paille, jouer de l'harmonica, sifflets
    - Stimulations proprioceptives : trampoline, faire la brouette, se suspendre à des barres, se serrer dans une couverture, ramper, marcher à 4 pattes
    - Stimulations vestibulaires : se balancer, glissades (toboggan), rollers

Dans certains pays, comme le Canada ou les Etats-Unis, ce sont les ergothérapeutes qui sont formés à l'intégration sensorielle pour les personnes autistes. Malheureusement ça ne se pratique pas encore en France, sauf par quelques ergothérapeutes qui sont allé se former à l'étranger et il y en a peu. L'autre possibilité est de se former soi-même chez EDI Formation : http://autismeformation.free.fr/stages/f28.htm et d'acheter des ouvrages sur le sujet, en anglais...