Les stéréotypies sont la plupart du temps des stimulations sensorielles. Cela signifie qu'elles sont donc agréables pour la personne autiste. Elles ont leur utilité et il ne faut pas les interdire. De toute façon, si on supprime une stéréotypie, il en viendra une autre à la place. Mais il faut tout de même qu'elles soient acceptables socialement, et ponctuelles. Si elles sont envahissantes, il faut les limiter dans le temps, en fréquence et en durée, à l'aide d'un emploi du temps et du Timer.

Elles servent à se détendre et peuvent aider à la concentration si elles sont pratiquées au bon moment. Ainsi, permettre à un enfant de faire quelques stéréotypies, dans un temps limité, avant un exercice qui va lui demander un effort plus important que d'habitude, va l'aider à mobiliser plus d'attention ensuite. De même, autoriser des stéréotypies à la suite de cet exercice va l'aider à se remettre de cet effort et contribuer à le rencentrer pour l'exercice suivant. Bien sûr, comme d'habitude, ça ne doit pas être systématique, mais adapté à l'enfant, selon ses besoins.

Les stéréotypies servent d'indicateur du niveau de stress et de fatigue, mais aussi de l'ennui. Plus elles sont présentes, plus l'enfant est stressé et fatigué, ou s'ennuie. Dans le 1er cas, une "pause sensorielle" s'impose. A l'école, il est souhaitable que l'enfant ait un endroit sans stimulis sonores et visuels, pour qu'il puisse se reposer, et qu'il puisse s'y rendre dès que le besoin s'en fait sentir. Dans cet endroit, il pourra faire tout ce qui peut l'aider à se ressourcer : stéréotypies, mais aussi quelque chose en rapport avec ses intérêts particuliers (chapitre à venir). Dans le second cas, il faut lui proposer de l'occupation, à l'aide de pictogrammes, si son niveau de compréhension est bas.

Elles servent aussi d'indicateur des besoins sensoriels. On pourra donc connaître quels sont les besoins de la personne et lui proposer des objets qui vont l'aider. De même, une stéréotypie gênante peut être remplacée par une autre qui procure les mêmes sensations. Ainsi, pour un enfant qui mordille ses vêtements (qui vont être vite troués ou déchirés...), on aura intérêt à lui proposer quelque chose d'autre à mâcher. Ces chewytubes par exemple, que l'on peut trouver chez Hoptoys.

chewytubes

En général, les stéréotypies diminuent d'elles-mêmes avec la rééducation et la structuration du temps et de l'espace. Plus le niveau de compréhension de son environnement augmente, plus son quotidien est prévisible, moins l'enfant sera stressé, donc moins il sera fatigué et aura besoin de stéréotypies.